Archivio | aprile, 2013

Philological fundamentalism

28 Apr

From that, he moves in Chapter 2 to a consideration of what he memorably names philological fundamentalism, the belief that only poetic allusions (or references, as R.Thomas calls them) that can be precisely defined and delimited are worthy of analysis.

Allusion and Intertext: Dynamics of Appropriation in Roman Poetry by Stephen Hinds
Review by: James E. G. Zetzel

Annunci

Back with classical quotes: elitism and mass

23 Apr

Les origines de Rome sont donc un imaginaire que nous allons tenter de saisir au premier siècle av. J.-C. Sans privilégier une élite “éclairée” qui sera plus proche de “nous”, plus “évoluée”- les poètes, les philosophes et les grands hommes- aux dépens des classes inférieures qui seraient encore engluées dans les superstitions ancestrales. Cicéron, César, Virgile ou Auguste nous sont a priori aussi incompréhensibles que le paysan qui bine son champ sous le soleil et qui ne voit pas plus loin que le dieu Terme bornant son domaine: ils partagent un même imaginaire. Auguste ou Virgile n’étaient ni en avance sur leur temps, comme on entend souvent dire dans les médias, ni au-dessus des idées vulgaires ou des passions communes, transcendés par leur génie ou leur destin, ni plus proches de notre “raison”. Cet imaginaire commun cependant ne les enferme pas dans une vision du monde unifiée, une Weltanschauung, car ils partagent pas un système de représentations figées mais un ensemble de pratiques de toutes sortes -y compris verbales et esthétiques- grâce auxquelles une communauté vit dans l’espace qui est le sien.
F. Dupont, Rome, la ville sans , 2011, p.20-21.

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: